Le fabuleux destin...

Mais non, rien de fabuleux dans ce blog. Juste de quoi panser mes plaies en écrivant ce que je pense et ce qui me plait. Quelques coups de tête, de sang, et puis de coeur aussi...

10 novembre 2008

Come-back

Snapshot_20081021_24

Je viens te réveiller, joli blog. C'est le mois de novembre et la mélancolie m'arrose avec la pluie. Elle sonne l'alarme :  il est 19h10, debout. Je vais te noircir. Go ahead.

Le Garçon ne s'appelle pas Maxime. Il s'appelle Arthur et ça a quand même une autre gueule. D'ange sombre, comme sa gueule à lui. Et puis décidément, j'aime les gens qui à 17 heures ont encore cet air charmant qu'on a au réveil. Et en plus, il a les yeux bleus, le petit con. Mais pas les yeux bleus azurs et clairs que Gilbert Montagné ne raterait pas. Les yeux bleus que l'on croit marrons. Bleus-gris, genre la Terre vue du ciel tu vois ?

J'avais oublié le plaisir de trouver de l'attrait à quelqu'un en particulier. C'est agréable, forcément. Mais il faudrait que je me détache de ce principe restrictif que je m'impose depuis toujours : ne pas dévoiler ses sentiments, suggérer tout au plus. Ne rien dire aux copines parce qu'elles auraient vite fait de mettre la cible directement ou pas au courant. Alors que tout serait tellement plus joli si lui avouait que oui, il m'avait remarquée... Lou est au courant que lui, je le trouve beau. Lou, je la connais depuis cette année seulement, mais c'est le genre de petite tête rousse qui capte très bien mes états d'âmes et mes éclats de rire, et réciproquement. Elle a fait un stage d'anglais avec lui cet été, et elle m'a envoyé quelques photos. Voilà. J'en suis là. A mater les yeux bleus foncés d'un mec qui ne connaît même pas mon prénom. Et peut-être même pas ma tête. Enfin si, j'ai l'impression que si, quand même. Un vendredi soir, on a dû passer dix minutes ensemble. En groupe, hein. Youhou. et le dimanche suivant, j'attendais sous un arrêt de bus et une pluie torrentielle et il est passé devant moi. On s'est fixés. Chabadabada. Piiiiiiitoyable. Mais move your body. Aller, raconte à Elé que Arthur C. qui a redoublé sa seconde, tu le trouves mignon et que tu sais qu'elle le connaît. Elle va le dire à Marine et Marine va lui dire. Peut-être qu'il te trouvra jolie et peut-être qu'il voudra te connaître. Voilà putain, c'est pas dur de se résoudre à avouer qu'on est séduit, plutôt que d'attendre de séduire...

Posté par Clementine_R à 19:33 - Fuckin' life - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire